Déclaration de patrimoine : OFNAC à vos livres !

C’est la fin de l’année , année civile et même fiscale où les comptes sont faits et les quitus distribués pour bons et /ou mauvais comportements. Présentement il ne se passe un jour où lit-on dans des insertions la direction des impôts, sabres et faucilles pour des rappels à une mise à jour ,à une régularisation et mise aux normes et à se rapprocher des services fiscaux au risque d’astreintes très… contraignantes. C’est vrai qu’ici, sous les tropiques, le citoyen fiscal se cherche et ne pas payer ses impôts est encore banalisé et ne fait pas encore courir de gros risques. Là-bas sous les latitudes tempérées , pour un petit euro de non déclaré, l’assimilation à un crime est vite franchie et bien des hommes et des femmes surtout politiques ont vu leur carrières brisées et classées si ce n’est la prison. Ici encore du chemin à faire en dépit des rappels à l’ordre …fiscal, l’on rechigne et traîne les pieds et même s’ingénie à contourner ou à faire évader : les niches sont nombreuses aussi bien au national qu’au local, les seuls qui payent sont les « badolos » ne pouvant échapper et les fauchés de fonctionnaires et d’agents de l’Etat qui triment 24/24 et 7/7, le « juti /duty » tous les jours , le sabre coupant à la source. Cette pièce périodique à honorer et à verser dans l’obole nationale est à surveiller de près ,de la sueur de tout le monde, une contribution exigible permettant aussi de suivre la traçabilité des fortunes subites et inopinées ,émergeant comme des champignons. Et comme l’argent appelle l’argent et face à la boulimie en CFA de nos administrateurs et dirigeants , très voraces ,plongeant les deux mains, des garde-fous sont érigés pour éviter les basculements renversants de rien à tout, de lambda à élite …financière. Quiconque donc voulant briguer ou à qui est confié … devra passer ce « sirat » avec des check-points à l’entrée comme à la sortie : Déclaration de patrimoine et l’OFNAC reçoit les livres…comptables. Que de réticences jusqu’à nos jours ! certains avec la bénédiction du prince refusent ce passage au crible et déjà c’est la fin de l’année civile pour eux , la fin du mandat donc et le passage obligé au tamis pour l’inventaire des colonnes. Cela devait remuer et l’effervescence ressentie chez Nafi que dis-je chez … la nouvelle (j’oublie même le nom) tellement cela somnole depuis sa prise de fonction mais… que nenni ! Les vacances et la vacance continuent donnant raison à l’impression d’une coquille vide créée pour amuser la galerie et décorer l’architecture institutionnelle. Les seuls rapports publiés avec un grand retard ont déclenché l’ire des mis en cause forçant l’office à recadrer le rapport /sondage en perception. Profil ne pouvait être plus bas alors que le job est là avec ces récalcitrants en amont et les attendus en aval pour l’estimation des écarts à l’entrée et à la sortie à quelques encablures de fin de septennat. Et d’ailleurs combien sont-ils à quitter tout au long du mandat du fait du décret du prince et dont les comptes ne sont pas encore dressés pour donner corps et âme à l’OFNAC de Mme …(le nom encore ?!). L’hibernation continue et avec… la sinécure avec des sursalaires et autres indemnités et per diem qui mériteraient une auto saisine même de ce grand machin pour paraphraser l’autre en parlant de cette grande machine mondiale.

A bon entendeur, salut ! NESE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *