LETTRE OUVERTE A MADIAMBAL DIAGNE PDG GROUPE LE QUOTIDIEN «Il ne faut jamais se renier et vendre son âme au diable»

BISMILAHI RAHMANI RAHIMI J’ai longtemps hésité avant d’user de mon droit de réponse. J’ai hésité parce que nous sommes au Sénégal et nous savons qui est qui dans ce pays. C’est ainsi qu’il y a des journalistes ou des gens qui se décrivent comme tels et qui pointent leur plume dans la direction du vent telle une girouette. Mais puisque comme on dit en ouolof, «Seytane wakhoul dëg wayé yakeuna khell», je vais donc vous répondre : Cher ami, En vous lisant, je me rends compte encore une fois que le peu que je sais de votre métier est la nécessité de recouper les informations pour qu’elles soient vérifiées et équilibrées. Où trouve-t-on les informations, à la source, ou aux sources ? C’est une exigence professionnelle, m’a-t-on dit. Vous vous improvisez éditorialiste, journaliste d’investigation, patriote à la petite semaine et donneur de leçon d’unité nationale avec des allusions graves qui ne flattent que les bas instincts. Voilà que des irresponsables comme vous, essaye d’ajouter de l’huile sur le feu. Vous vous enfermez à double tour dans votre bureau ou votre chambre avec en bandoulière vos approximations et vos intentions malveillantes. Pour vous, les Sénégalais ignorent votre jeu , comment vous pouvez avancer de tel propos sur le dos des grands messieurs; tout cela justifie votre médiocrité . Il est vrai que vous êtes vu comme une pirouette dans l’univers médiatique national en raison de quelques lacunes dans l’exercice de ce délicat métier. Mais venons-en à vos contre-vérités pour rétablir les faits et rendre service à vos lecteurs. Contrairement à ce que vous écrivez sur le dos des candidats à l’élection présidentielle 2019 par rapport au parrainage dans Le Quotidien du 17 décembre 2018 en les traitant de farfelus or que beaucoup parmi eux n’ont pas apprécié le projet de parrainage parce que la fiche, véhicule du parrainage est aux antipodes des lois et règlements de la convention 108+ du Conseil de l’Europe portant sur la protection des données à caractère personnel, dont le Sénégal est signataire . En tant que journaliste tu devais être M. Diagne au courant de ce projet de loi bref Le constat est là. C’est la colère dans toute l’opposition ; leurs parrains sont frustrés. L’Etat par contre jubile. Il a identifié, sélectionné et retenu les concurrents du Président en exercice : le boulrt juridique de sauvetage Là où nous sommes d’accord avec vous, c’est qu’effectivement notre enthousiasme à faire des propositions pour le développement de ce Sénégal que nous aimons de toutes nos forces est parfois débordant, nous le reconnaissons très humblement. C’est vrai nous ne faisons pas comme vous : écrire, écrire, écrire REK ; critiquer, critiquer, critiquer REK. Sachez que, lorsque le mensonge prend l’ascenseur, la vérité prend l’escalier, elle met plus de temps mais finit toujours par arriver. En conclusion comme me le disait il y a bien longtemps mon grand-père : «guéleme bi thi kanam la guéleme yi thi ganaw meuna mata guénam». A chacun son art, ses raisons de vivre. «Ne jamais se renier, ne jamais vendre son âme au diable, rester toujours égal à soi-même».

Ousmane j Ndiaye Consultant en Communication Cabinet Global Service Tic Chargés des Relations Extérieures et coordination de l’Association Initiative et Action Citoyenne des Jeunes pour la Bonne Gouvernance Membre du Mouvement Convergence Citoyenne Républicaine pour la Démocratie le Développement Durable la Paix au Sénégal (2CR3DPS).Wa Salam ojnconsultant@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *